Accès direct à l'aide Retour à la page d'acceuil Accès au plan du site Accès au formulaire de contact Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page
Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page

Recherche par métier / application

Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page

Exploiter le bois comme énergie : étude du cas de Dalkia

Exploiter le bois comme énergie : étude du cas de Dalkia
Dalkia est aujourd’hui l’un des leaders de la production et de la fourniture d’énergie avec Cofely.

Exercer le métier d’exploitant de chauffage

Exploitation d’unités énergétiques et vente d’énergie

Après avoir exercé au centre de recherche de Veolia (VERI), Monsieur Thibault Yon participe désormais à la structuration de la filière d’approvisionnement de la biomasse à la Direction Technique et des Grands Projets chez Dalkia. Il a accepté de nous faire partager sa réalité du métier d’exploitant de chauffage. Thibault Yon indique « Dalkia se fournit en biomasse afin de la valoriser en énergie et de la vendre sous forme de chaleur et/ou d’électricité. Le cœur de métier de Dalkia reste l’exploitation des unités énergétiques et la vente d’énergie. Nous construisons parfois les installations de chauffage et fournissons le combustible en partie ou en totalité dans la plupart des cas ».

Economie, écologie et technique

A propos des critères retenus par les clients pour sélectionner une offre, Monsieur Yon poursuit : « Le choix d’un projet repose sur de nombreux critères. Une équation économique équilibrée reste indispensable. La technique vient appuyer et argumenter ce choix. L’aspect politique joue un rôle également important. Par exemple, la décision d’utiliser une énergie verte (implantation d’une nouvelle chaufferie bois ou transition d’une chaufferie à énergies fossiles pour une chaufferie biomasse) peut représenter au premier abord un investissement important mais s’inscrit dans l’objectif européen et français d’atteindre 23% d’énergies renouvelables dans le bouquet énergétique en 2020. La biomasse y jouera un rôle primordial, notamment grâce à l’utilisation du bois forestier. Il est à noter que les ressources forestières sont importantes en France et qu’elles sont gérées et surveillées.
La durabilité de la biomasse est un point essentiel lorsque l’on parle d’approvisionnement.»

Optimiser la valorisation de la biomasse

Bois d’œuvre et bois énergie

Dans ce contexte de fort développement, il est essentiel d’optimiser la valorisation de la biomasse disponible. Pas si simple. « Le bois d’œuvre et le bois d’industrie constituent l’essentiel des produits issus de l’industrie forestière et ils doivent le rester. C’est en développant leurs débouchés qu’il sera possible de valoriser également davantage de bois énergie. Le bois valorisé en énergie provient des autres produits issus de l’exploitation : menu bois, troncs dont la valeur n’intéresse pas les industries précédemment citées, bois issus des coupes d’entretien des forêts, etc. Ces biomasses sont très hétérogènes comparativement au bois à destination de la papeterie. »

Viser le rendement énergétique optimal

« Les contrats d’approvisionnement spécifient une taille de plaquettes avec un taux d’humidité minimal et maximal. Si on y trouve toujours une référence à la norme EN 14961, il n’est pas toujours aisé de s’y conformer dans des conditions d’exploitation industrielle. De nouvelles méthodes et technologies permettent de faire évoluer progressivement cette situation. La mesure de l’humidité est importante tout au long de la chaîne, de la forêt à l’entrée de la chaudière. En effet, il est important de prendre garde à payer une biomasse pour un PCi donné et précis.
L’Humitest peut représenter une solution car c’est un outil qui fournit une mesure rapide de l’humidité, sur plateformes en particulier mais également en forêt. Le tout est de bien savoir s’en servir. Attention cependant : une personne qui respecte les bonnes conditions d’utilisation n’aura néanmoins pas une mesure optimale pour les mélanges de biomasses hétérogènes ou s’il n’utilise pas correctement l’appareil (volume, poids, programme). L’appareil n’est pas calibré pour ces biomasses qui évoluent dans le temps. Avec l’Humitest, nous faisons des tests pour voir s’il est possible de s’affranchir du type de biomasse tout en ayant une mesure avec une précision satisfaisante. Cette réflexion est actuellement en cours. L’échantillonnage représente également un point sur lequel il est important de rester vigilant afin qu’il soit représentatif. »
Ce partage d’expérience de Dalkia illustre l’importance de la représentativité de l’échantillon et du respect du mode opératoire de l’Humitest spécial biomasse.


Contribuer à faire progresser la quantité d’énergie produite à partir d’une même ressource, la mesure précise de l’humidité du bois énergie participe à la limitation de l’impact environnemental de l’énergie produite.
haut de page

Produits recommandés

Humitest spécial biomasse plus

Cet humidimètre pour biomasse permet de mesurer la teneur en eau et la température de plaquettes forestières ou bocagères, copeaux de bois, écorces, miscanthus, granulés végétaux, rafles de maïs...

Humitest spécial bois, paille, foin

Avec sa sonde marteau ou ses sondes spéciales, cet humidimètre permet de mesurer la teneur en eau des bûches, des grumes, des plaquettes, de la sciure, des granulés et des balles de foin, de paille ou de cellulose.

Témoignages

« Vérifier la teneur en eau des granulés »

« la tarification dépend du taux d’humidité mesuré »

Teneur en humidité d’équilibre

Encore appelé équilibre hygroscopique, ce terme désigne l’état d’équilibre atteint par une matière ou un matériau en fonction des conditions extérieures.

NF444 - Biocombustibles solides

NF444 - NF Biocombustibles solides - Granulés Biocombustibles certifie les caractéristiques suivantes:
- les dimensions,
- le pouvoir calorifique inférieur (PCI) et l’humidité,
- le taux de fines,
- le taux de cendres,
- la résistance mécanique,
- la masse volumique (apparente),
- les teneurs en soufre, chlore et azote.

Cette certification se base sur la norme européenne EN 14961-2.