Accès direct à l'aide Retour à la page d'acceuil Accès au plan du site Accès au formulaire de contact Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page
Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page

Recherche par métier / application

Accès direct au menu du site Accès direct au menu du contenu Accès direct au contenu de la page

Humidité, performance thermique et environnementale

Humidité, performance thermique et environnementale
Humidité, performance thermique et performance environnementale dans les bâtiments sont liées.
Que l’eau vienne du ciel, de la terre, de l’air ou des installations de plomberie, hygrométrie et humidité sont à suivre pour optimiser maintenance et exploitation d’un immeuble.

Humidité, hygroscopie et performance thermique

Un mur humide est moins isolant. Tout excès d’humidité dans un bâtiment a une incidence sur sa performance thermique.

Diagnostic de l’humidité préventif

Un diagnostic humidité préventif permet de surveiller les points critiques, tels que :
- toiture et descentes pluviales,
- huisseries, bâtis et maçonneries environnantes,
- installation de plomberie, alimentation, vidange et descente d’eaux usées,
- environnement extérieur et exposition du bâtiment,
- base des murs au rez-de-chaussée,
- consommation d’eau*.

Ventilation et hygroscopie des matériaux

Les activités des occupants dégagent de la vapeur d’eau (respiration, douche, entretien, cuisine…).
Ventilation et hygroscopie des matériaux permettent d’évacuer cette vapeur d’eau, dont l’excès risque de provoquer de la condensation. La perméabilité à la vapeur d’eau d’une paroi, son hygroscopicité, permet aussi à l’humidité qui remonte du sol de s’évaporer.
Dans le cas d’une face de mur étanche à la vapeur d’eau, c’est une condensation à l’intérieur de la maçonnerie qui risque de se produire. Il est donc essentiel de s’assurer que les parois sont perméables à la vapeur d’eau en prenant en compte la résistance des matériaux composant la paroi.

Qualité de l’air, performance énergétique et cycle de vie

Efficacité énergétique et qualité de l’air intérieur contribuent à la qualité environnementale globale d’un immeuble. Renouveler et traiter l’air, optimiser la performance énergétique suppose d’évaluer l’impact environnemental et sanitaire des solutions envisagées.

La pose d’un isolant n’est à réaliser qu’une fois les sources d’humidité supprimées. Mur ou isolant, l’excès d’eau leur fait perdre leurs capacités isolantes.
D’origine synthétique, minérale, végétale ou animale, le choix d’un isolant dépend de nombreux facteurs : conductivité, perméabilité à la vapeur d'eau, émission dans l’air intérieur, acoustique, énergie grise, disponibilité de la ressource, composition, origine de la production, recyclabilité, assurance….

En rénovation comme dans le neuf, tenir compte de l’ensemble du cycle de vie du bâtiment pour isoler et ventiler permet d’adopter des solutions écologiques, qui ne conduisent pas à un simple transfert de pollution d’une étape vers l’autre ou d’impact d’un milieu vers un autre (air, eau, sol) : l’analyse du cycle de vie (ACV) est un outil d’aide à la décision précieux.


Un audit de l’humidité du bâti et des modes de vie ainsi que l’étude du comportement des gens contribuent à identifier les leviers d’action pour optimiser les coûts d’exploitation et de maintenance et réduire l’impact environnemental d’un bâtiment.

Zoom sur les causes de fuite dans les installations de plomberie
- Vieillissement des joints entre les canalisations
- Corrosion des tuyaux par l’eau qui y transite ou par les terrains dans lesquels ils sont posés
- Tassements, vibrations et déformations subis par les terrains
- Fragilité des points de piquage des branchements individuels sur le réseau public

* En 2009 en France, la consommation moyenne annuelle par habitant s’élève à 54,7m3, soit 150 litres par jour. Ces chiffres confirment la poursuite de la baisse des consommations domestiques. La consommation moyenne annuelle représente un budget de 198 € TTC par habitant, soit un peu plus de 0,5 € TTC par jour.
Source : « Zoom sur la gestion patrimoniale des services publics d’eau et d’assainissement collectif » Février 2012
haut de page

Produits recommandés

Hygromètre Humitest spécial bâtiment

Cet humidimètre conçu pour les professionnels du bâtiment permet de mesurer la teneur en eau dans le béton, chape ciment, plaques de plâtre, parpaing béton, brique…
Modulable grâce à ses sondes en option :
- Sonde de température de surface par infrarouge
- Sonde thermo-hygrométrique
- Sonde CO2



Humitest MMS2

Quatre appareils en un : humidimètre de contact avec deux pointes, détecteur d'humidité en profondeur par radiofréquence, thermomètre de surface par infrarouge, thermo-hygromètre réactif.
Les plus :
- interface intuitive avec un écran en couleurs,
- enregistrement manuel et en continu,
- microprogramme évolutif,
- calculs psychométriques,
- sonde de température de surface à infrarouge avec pointeur laser.



Le saviez-vous ?

Traiter l’humidité des murs contribue à améliorer la performance thermique de la maçonnerie et la qualité de l’air intérieur.

Performance thermique et siccité

La performance thermique d’un mur dépend de sa siccité. Avant la pose d’un isolant, l’humidité d’un mur est à supprimer.

Emission dans l’air intérieur

Mesure de la qualité de l'air
Etiquetage sanitaire de tous les produits de construction et de décoration à partir de 2013.

Cet étiquetage QAI concerne les fabricants, les importateurs et les distributeurs des produits ainsi que les entreprises de construction.

Hygrométrie, température et confort

Loin de lutter contre l’humidité, le chauffage entretient la condensation : plus l’air est chaud, plus il peut contenir d’humidité. En outre, plus l’air est humide, plus il faut le chauffer pour avoir une sensation de confort.